Comment convaincre ? La méthode efficace en toutes circonstances – Tuto

En sociologie politique, le pouvoir se définit comme la capacité de faire faire à un individu ce qu’il n’aurait jamais fait sans votre intervention. Intervenir dans la pensée et les désirs d’autrui pour les embarquer dans vos projets, vos demandes, vos bras : voilà tout l’enjeu qui se trouve au coeur de l’art de convaincre.

Et c’est bien de pouvoir dont il s’agit lorsque nous cherchons à convaincre. En sciences politiques, on apprend que le pouvoir que nous avons sur autrui se fonde sur trois leviers :

  • Notre capacité à convaincre par la sympathie, le charisme, la pertinence intellectuelle
  • Notre capacité à sanctionner par la perte d’argent, la contrainte physique, psychologique et sociale et le bannissement
  • Notre capacité à récompenser par l’argent, l’apport physique, psychologique et sociale et l’inclusion

Cela étant dit, nous verrons que l’art de convaincre ne peut se passer des deux autres leviers de la sanction et de la récompense, même s’ils avancent le plus souvent en sous-marin… Le pouvoir aime à se voiler pour mieux embarquer, c’est à dire pour qu’autrui fasse de par son propre désir et non par la carotte et le bâton qui générera du ressentiment à l’égard de celui qui le contraint et le récompense.

Je vous dévoile ici une approche en 7 étapes que j’ai éprouvée et perfectionnée au cœur de mon travail d’accompagnateur de leaders citoyen.ne.s vers le pouvoir du collectif que m’a enseigné Adrien Roux, Directeur de l’Alliance Citoyenne, et la négociation raisonnée mise au point par les chercheurs Roger Fisher et William Ury d’Harvard.

Je l’appelle : Conquête : un plan crédit t’es pro ; demande de négo-connexion.

1/ Créer la connexion

2/ Mener l’enquête

3/ Avoir un plan crédible pour gagner ses faveurs

4/ Gagner des points de crédibilité, d’intérêts et de projection

5/ Opérer la bonne demande au bon moment

6/ Négocier

7/ Approfondir la connexion avec le nouveau cadre créé

1/ Créer la connexion

En PNL, on apprend que l’on ne peut se connecter à l’autre sans partir de la carte du monde de l’autre et non à partir de la sienne à moins d’avoir un sacré bol de tomber sur des références communes au premier abord. Carte du monde que l’on appelle en psychologie, le cadre de référence.

Il faut arriver à saisir comment s’est structurée la personne que l’on cherche à convaincre en sondant :

  • son langage
  • son milieu social
  • son éducation
  • son cadre moral et religieux, ses croyances, ses valeurs
  • ses expériences
  • sa culture, ses connaissances, sa philosophie
  • son sérieux, son fun, son intellectualisme
  • ses centres d’intérêts

Le dévoilement du cadre de référence de l’autre passe par le questionnement :

  • Où as-tu grandi, c’est quoi ton histoire ?
  • Tu fais quoi dans la vie ?
  • C’est quoi la valeur la plus importante pour toi ?
  • Quelle expérience t’a rendu fier ?
  • C’est quoi le sens de l’existence ?
  • Tu fais quoi pour occuper ton temps libre généralement ?

Bien évidement, pour accéder au cadre de référence de la personne avec qui l’on échange, il vous faudra avancer amicalement en respectant les rites sociaux et si votre sympathie et votre charme opère vous pourrez de plus en plus aller dans l’intimité avec elle (Conformément au livre : « Que dîtes-vous après avoir dit bonjour » d’Eric Berne fondateur de l’analyse transactionnelle).

2/ Mener l’enquête

On sent une connexion, la personne vous pose des questions à son tour, sourit, vous parle de quelque chose que vous n’avez pas demandée.

Vous voilà prêt à sonder les éléments qui vous semble important à connaitre pour vérifier la faisabilité de votre potentielle demande que l’on formalisera rarement voire jamais quand il s’agit d’une demande de relation amicale ou amoureuse mais qu’il faudra réellement formuler dans un cadre professionnel, commercial ou dans une relation affective existante.

L’enquête sert à sentir l’intérêt ou le désintérêt de votre démarche par la personne à convaincre sans jamais formuler la demande à cette étape-ci (à part si tous les signaux sont dans le vert).

Pour cela l’ingrédient clé ici est le PREPARATION.

Faites la liste des questions habiles pour sonder les éléments à mesurer chez l’autre qui impactent la manière de s’y prendre pour l’engager. Il s’agit ici d’aller chercher la validation ou l’invalidation des hypothèses d’intérêts, de désintérêts, de connaissances, de méconnaissances, de croyances limitantes ou d’attentes excessives.

Nous pourrons alors bâtir notre plan d’engagement capables de rassurer sur les risques et de hausser les niveaux d’intérêts là où ils ne sont pas assez élevés pour embarquer la personne avec vous. Il faut à cette étape-ci être clair sur là où vous voulez l’embarquer et le cadre qui vous conviendrait le mieux dans cette aventure.

3/ Avoir un plan crédible pour gagner ses faveurs

Après l’enquête menée sur les hypothèses de risques et fausses croyances à lever, d’intérêts à susciter et de désintérêts à lever, de connaissances à donner et de méconnaissances à réadapter que vous avez pu mesurer ; vous allez pouvoir vous penchez sur la meilleure manière de susciter l’intérêt en faveur de votre demande.

Toute l’ingénierie de cette étape consiste à bien calibrer votre demande : plus les hypothèses sont dans le vert et plus vous pourriez y aller cash sinon il faudra concevoir un plan de demande graduelle. L’approche en petits pas est toujours préférable aux pieds dans le plats qui tâchent et cassent la connexion 😉

Voici les étapes pour concevoir votre plan crédible pour gagner :

  • a/ Graduer une échelle des demandes de la plus petite proposition qui sert votre intérêt à la proposition ultime qui comble l’intégralité de vos attentes. C’est la tournure que prendra la négociation qui vous indiquera quelle demande est la plus crédible pour le moment.
  • b/ En fonction de ce que vous avez mesurer lors de votre enquête, partez sur deux scénarios possibles, le satisfaisant et le surkiffant. N’acceptez jamais un accord insatisfaisant.
  • c/ Pour chaque risques perçus, élaborez des arguments pour rassurer
  • d/ pour chaque signes de désintérêts, imaginez des histoires embarquantes que vous pourriez raconter pour susciter de l’intérêt
  • e/ pour chaque croyances limitantes ou exagérez, préparez les questions ouvertes qui permettrons de lever les illusions et préjugés toxiques pour votre demande (et uniquement pour votre demande, il ne faut pas partir en psychanalyse là 😉

4/ Gagner des points de crédibilité, d’intérêts et de projection

Plan en tête ou sur un écran, vous voilà près à mener votre échange vers l’optimum d’engagement que la personne pourra prendre réellement (la personne peut dire oui, et ne pas le faire par la suite car la marche était en fait trop haute pour elle).

Voilà le temps venu de la méthode C.I.P : Crédibilité, Intérêts, Projection.

c/ Amener dans un premier temps tout ce qui peut vous apporter du Crédit :

  • Votre statut social
  • Votre confiance en vous
  • Votre expérience (citez des exemples)
  • Votre motivation et votre ambition (avec des objectifs visualisables)
  • Donner des exemples de ce qui fonctionnent déjà avec vous ou ailleurs

i/ Puis poser vos intérêts et sonder les siens :

  • Je crois que pour faire ceci, il faut faire cela
  • J’ai toujours fermement désiré aller dans cette direction
  • Je suis convaincu par …
  • Ce serait tellement beau si le monde était plus …

  • Qu’est-ce que tu en penses ?
  • Qu’est-ce qui est important pour toi ?
  • Comment tu t’y prendrais s’il fallait ou si tu voulais …

p/ Projeter l’autre vers la vision ou le principe qui sous-tend votre demande

5/ Opérer la bonne demande au bon moment

Si vous avez reçu plus de 3 signaux d’intérêts clairs et que la connexion humaine est bien là, vous pouvez poser la demande qui vous semble la plus engageante et crédible (dans la durée)

6/ Négocier

Si la réponse est oui, Banco !

Si la réponse est « peut-être » lever les doutes avec le plus de pédagogie et de sympathie possible.

Si la réponse est « non », l’accueillir comme s’il s’agissait émotionnellement d’un « oui » et abaissez le niveau d’engagement de votre demande, proposer des options et défendre la ligne la plus haute et possible pour l’autre.

Pointez du bout des doigts les leviers de récompenses puis de sanctions si nécessaire et socialement acceptable. Tout l’art de poser la carotte et le bâton sans créer un malaise ou dans le pire des cas faire perdre la face à la personne que nous souhaitons convaincre se situe dans votre positionnement relationnel. Il s’agit ici de jouer les émissaires forces de propositions et nullement les bourreaux.

Il ne faut surtout pas être le marteau sur l’enclume mais la personne qui fait tout pour que cela soit évité tout en nommant l’acte. Poser la sanction comme quelque chose dont vous n’avez pas la main mais dans lequel le système de besoins en vigueur, lui, se verra contraint de le faire si on n’avance pas ensemble (même si c’est vous le porteur ou la porteuse de ce « système de besoins »).

La question clé ici est : « Voilà la conséquence vers laquelle nous nous dirigeons en cas de non accord (les sanctions qui peuvent contraindre), comment on peut faire pour que cela se passe bien ?

7/ Approfondir la connexion avec le nouveau cadre créé

Une fois l’accord de principe obtenu, contractualisez. C’est à dire ancrez le nouveau cadre dans une routine relationnelle (prochaines étapes). Rappelez les éléments de fond qui donne tout le sens à votre demande et célébrez ça ensemble 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :