Les articles

Comment pourrait-on bien mener notre barque en amour ?

Du point de vue de l’enfant, l’amour ça paraît simple comme ça : je t’aime, tu m’aimes, nous nous aimons, un exercice tout simple de conjugaison…

Mais voilà, on sait bien, adulte, que les choses ne sont jamais aussi simples. Que la navigation sur le frêle esquif de nos sentiments est parfois plate comme un lac désertique, turbulente comme une rivière indomptable, pénible comme une erreur de destination ou périlleuse comme une chute vertigineuse où tout semble si calme sur son petit amont…

Qu’est-ce que pourrait être un amour durable et heureux ? Quel pourrait-être le b.a-ba de la navigation conjugale ?

Lire la suite « Comment pourrait-on bien mener notre barque en amour ? »

D’où peut venir la pensée en « tout ou rien » ?

Il y a au cœur de la volonté humaine, un désir d’absolu. Ce qui conduit des êtres de pouvoir à construire des sociétés totalitaires et des êtres en manque de pouvoir à construire des idéaux en dehors de ce monde soit dans un passé, un présent ou avenir idéalisés, soit dans un au-delà.

Pourquoi avons-nous tant de difficultés à recevoir le monde tel qu’il est et tel qu’il va ? Pourquoi avons-nous, par nature, tendance à penser en des termes absolus ? Pourquoi le « OU » passe-t-il si souvent avant le « ET » et l’IDEAL avant le POSSIBLE ? Lire la suite « D’où peut venir la pensée en « tout ou rien » ? »

Comment réconcilier l’économique, l’écologique et le social ?

L’humain a besoin de l’écologique pour vivre dans un milieu sain, beau et bon.

L’humain a besoin de l’économique pour vivre dans un monde où il y ait des richesses.

L’humain a besoin du social pour vivre dans une société aidante et juste.

Pourtant, la forte poussée économique liée à l’essor des sociétés industrialisées a produit et amplifié une profonde divergence entre ces trois nécessités.

Sur le plan politique de nos jours :

  • Prendre une décision en faveur de l’économique se fera au détriment de l’écologique (pollution et consommation) ou du social (pression sur la main d’oeuvre et l’usager)
  • Prendre une décision en faveur de l’écologique se fera au détriment de l’économique (moins polluer coûte plus cher) ou du social (restriction du pouvoir d’achat)
  • Prendre une décision en faveur du social se fera au détriment de l’économique (baisse de la compétitivité) ou de l’écologique (démographie et consommation).

Lire la suite « Comment réconcilier l’économique, l’écologique et le social ? »

Cerveau archaïque et spiritualité

Il y a de la pensée, il y a de l’abstraction, il y a de la création, il y a de l’esprit.

Il y a de la matière, il y a de la chair, il y a de la vie, il y a du besoin, il y a de l’animalité.

L’humain est infiniment plus que de la matière, il pense. Et ce n’est pas rien de penser.

L’humain est infiniment plus que de l’esprit, il vit. Et ce n’est pas rien de vivre.

Être humain, c’est être un mélange fulgurant de matière et d’esprit, d’inconscience et de conscience, de vie biologique et de vie culturelle.

Et tout l’art d’être humain, réside dans la possibilité de vivre et de faire vivre sa matérialité, sa biologie, sa socialité tout autant que la pensée, l’art, la culture, la spiritualité. Lire la suite « Cerveau archaïque et spiritualité »

Moi narrateur versus Moi expérimentateur

Yuval Noah Harari dans son excellent « Homo deus, une brève histoire de l’avenir » nous révèle l’existence de deux « moi » produits par notre cerveau.

Il y aurait un moi expérimentateur qui s’occuperait de notre bien-être dans l’instant présent en nous faisant ressentir une expérience comme agréable ou désagréable de manière à privilégier l’agréable et de se prémunir contre le désagréable.

Notre cerveau produirait aussi un moi narrateur qui s’occuperait de mémoriser des expériences sous forme d’histoires gommant au passage le routinier, le répétitif, le non intense.

C’est le moi narrateur qui aurait la prévalence sur les décisions importantes de nos vies.

Quelle en est la conséquence ? N’y aurait-il pas un intérêt à mieux écouter notre moi expérimentateur ? Lire la suite « Moi narrateur versus Moi expérimentateur »

Le chemin de l’Authenticité

Le courant de la Psychologie humaniste véhicule l’idée de l’existence d’un Soi profond qui serait l’état dans lequel, quand il est trouvé, l’individu accéderait à quelque chose de l’ordre de la plénitude au travers d’un processus qui s’appelle « l’actualisation de soi ».

Cela est-il l’enseignement d’une réalité ou l’héritage de spiritualités religieuses croyant à l’Eveil et au Nirvana ? Lire la suite « Le chemin de l’Authenticité »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑