La vie, l’amour, la guerre – essai poétique

La vie se consume et se consomme dans une vrille d’attractions qui se crochettent les uns les unes, qui se décrochent les unes aux autres. L’amour est une tendre guerre qui veut la paix et qui y laisse parfois des ruines. Elles sont belles ces ruines. C’est pas toujours tenable la guerre et c’est pas toujours tenace les amours. La relation est une tenaille en fait, une pince à braise, avec un bord connu qui nous apaise et un débord méconnu qui nous attise.

Lire la suite « La vie, l’amour, la guerre – essai poétique »

Qu’est-ce qui nourrit et construit l’ambition personnelle ?

Si je m’amuse avec l’étymologie : ambition vient du latin ambitio, ce qui viendrait à vouloir dire littéralement : « l’action de faire avec les deux ensemble ». Quels pourrait-être « ces deux là » ? La part de soi telle quelle est et la part de soi qui a les honneurs où qui les cherche ? La partie de soi, sombre, et engluée dans son déterminisme biologique et social, pétri de ressentiment, assoiffé de vengeances et d’amour, et la part de soi idéale, productive, aimable, attractive et lumineuse ?

L’ambition, serait-ce le « lieu de chrysalide » du soi déçu, déchu et décevant vers ce soi capable d’espoir et de fierté ?

Lire la suite « Qu’est-ce qui nourrit et construit l’ambition personnelle ? »

Bonne nuit mon amour ?

Se sentir aimé est vital. « Bonne nuit mon amour », c’est cette lueur de vie dans cette petite mort qu’est le sommeil. Et au fond de la vie, il y a la nuit, la mort, le néant. La Vie, c’est cette affirmation dans le Néant qui nous pousse à exister, à réussir, à se propager, à enfanter. La Vie en nous, c’est le besoin d’amour, le désir d’amour, l’envie de se fondre en l’autre, la pulsion de vie, la libido.

Mais cette pulsion de vie a ses obstacles et son grand adversaire, son antithèse nécessaire : la Mort.

Comme le disait Spinoza, « Là où il y a de la joie, il y a de l’amour ». On pourrait ajouter : là où il y a du désamour, il y a de la mort et là où il y a de la haine, il y a de l’envie de tuer ou de se tuer.

On ne peut pas vraiment aimer les autres si on ne s’aime pas vraiment soi-même. On ne peut pas partager beaucoup de bonheur si on ne partage pas du bonheur en soi même. Comme on ne peut pas détester les autres si on ne déteste pas une part de soi-même.

Apprendre à bien vivre, c’est apprendre à aimer. S’aimer soi tel qu’on est et devient. Aimer l’autre, tel qu’il est et devient, dans ce monde tel qu’il est et va.

Lire la suite « Bonne nuit mon amour ? »

Comment augmenter son pouvoir de séduction ?

Pourquoi j’apprends, pourquoi je m’affirme, pourquoi je sculpte mon body, pourquoi je cherche à réaliser des belles choses ? La réponse est simple, pour séduire. Pour me séduire et pour séduire.

Se sentir désiré.e, se sentir aimé.e, se sentir excitant.e, se sentir excité.e, quoi de plus jouissif que l’attraction et les délices de ses récompenses ?

Lire la suite « Comment augmenter son pouvoir de séduction ? »

Pourquoi suis-je un perdant ?

Ou devrais-je dire, pourquoi y a t-il du perdant en moi ?

Perdre vient du latin perdere (« détruire, ruiner, corrompre ; faire une perte »). Il y a une part en moi qui (me) détruit, (me) ruine, (me) corrompt, (me) perd.

Tandis que gagner vient de l’ancien français gaaigner, du bas latin * wadaniare, emprunté au vieux-francique * waidanjan (« paître »). Qui sous-entend selon moi la notion de jouissance paisible où l’on s’alimente en liberté, sans souffrir, parmi les siens.

Lire la suite « Pourquoi suis-je un perdant ? »

Comment bien gouverner sa vie ?

Je traverse une période difficile. Je suis dans une situation professionnelle envahissante avec beaucoup de conflits autour de moi. Je suis dans une situation personnelle et psychologique qui engendre du repli sur moi, de la tristesse, de la démotiv’ et un peu de frustration. Mais rien de bien grave non plus.

Parfois dans la vie on se retrouve dans des situations pourries. C’est même assez fréquent en fait. Ce monde est tellement complexe et nous mêmes sommes tellement complexes que c’est difficile d’échapper aux « pièges » que nous tend l’existence.

Oui, l’existence nous tend des pièges et dans l’existence il y a nous et il y a eux, il y a ce que j’ai en conscience et il y a ce que les autres ont en inconscience. Les « pièges de l’existence » se trouvent là où on ne les voit pas, là où notre conscience a fait une impasse sur nous même et sur les autres en visant un désir, un but, un rêve qui nous a mis en mouvement et nous a entrainé dans une chute, une déception, une souffrance.

Bien gouverner sa vie, n’est-ce pas cheminer vers le bonheur d’être soi, respecté parmi les autres, en évitant les pièges que nous nous tendons et que l’on nous tend ?

Lire la suite « Comment bien gouverner sa vie ? »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑