Comment réconcilier l’économique, l’écologique et le social ?

L’humain a besoin de l’écologique pour vivre dans un milieu sain, beau et bon.

L’humain a besoin de l’économique pour vivre dans un monde où il y ait des richesses.

L’humain a besoin du social pour vivre dans une société aidante et juste.

Pourtant, la forte poussée économique liée à l’essor des sociétés industrialisées a produit et amplifié une profonde divergence entre ces trois nécessités.

Sur le plan politique de nos jours :

  • Prendre une décision en faveur de l’économique se fera au détriment de l’écologique (pollution et consommation) ou du social (pression sur la main d’oeuvre et l’usager)
  • Prendre une décision en faveur de l’écologique se fera au détriment de l’économique (moins polluer coûte plus cher) ou du social (restriction du pouvoir d’achat)
  • Prendre une décision en faveur du social se fera au détriment de l’économique (baisse de la compétitivité) ou de l’écologique (démographie et consommation).

L’origine de ce dysfonctionnement

Il y a en fait trois causes à cette problématique cruciale pour le devenir de l’humanité.

  1. La gouvernance de l’économique
  2. La méconnaissance écologique
  3. La faiblesse démocratique

La centralisation du pouvoir économique

La double révolution industrielle et politique initiée en Europe au XVIIIe siècle a mis au pouvoir le Capital, renversant définitivement le système royal et féodal en faveur des classes bourgeoises. L’accaparement du pouvoir économique par cette population a créé un choc social (avec une flambée de la démographie, l’exode rurale et l’apparition de la classe ouvrière) et écologique (avec la disparition rapide de nombreuses espèces, l’atteinte à la diversité du vivant, la pollution de l’air, des sols et des eaux, le réchauffement climatique).

Le Capital prend les décisions et cela au détriment des vies meurtries par les impératifs économiques des plus puissants. Si le capital est facteur essentiel de progrès et de développement, les inégalités sont pourtant de plus en plus marquées (1% de la population mondiale, possède 50 % du patrimoine de la planète).

La non prise en compte du coût écologique

Le prix d’un produit est fixé à partir de son coût de revient à court terme et ne prend pas en compte l’emprunte de sa fabrication et de sa distribution sur la planète et sur les générations futures.

Ainsi nous brûlons les greniers des ressources non renouvelables. Nous amputons aux génération futures les ressources auxquelles elles manquerons peut-être pour jouir convenablement de l’existence.

Ainsi nous détruisons la biodiversité. Nous amputons au vivant les espaces nécessaires pour maintenir sa richesse et sa prodigalité.

Ainsi nous réchauffons la planète. Laissant un monde qui sera peut-être rendu plus instable.

Ainsi nous courrons et nous dévorons cette planète sans conscience vraiment de ce que nous lui feront perdre, sans conscience vraiment de ce que nous nous faisons perdre en nous activant ainsi.

La difficulté à nous codévelopper

Nous vivons dans un monde plein de frontières, ciselant le monde entre plus riches et plus pauvres, entre plus nombreux et moins nombreux, entre plus heureux et plus malheureux.

Nous vivons avec des fonctionnements cognitifs qui nous donnent peur de ce qui ne nous ressemble pas et ainsi nous fait nous assembler et nous organiser avec ceux qui nous ressemble. Processus inconscient à l’oeuvre dans la centralisation du pouvoir et dans les comportements condescendants voire hostiles envers ce qui est différent.

Les pistes de convergence pour un avenir meilleur

En raisonnant différemment, de manière moins clivante, nous pouvons apercevoir un idéal réunissant et rééquilibrant les impératifs économiques, écologiques et sociaux.

Un idéal où l’humain ne mourait plus de faim, ne mourait plus au travail, ne mourait plus de pollution, ne mourait plus de guerre et prendrait directement part aux décisions qui l’implique personnellement et collectivement.

Et cet idéal va vers sa réalisation par la monté en puissance de deux dynamiques convergentes :

  1. La croissance démocratique
  2. L’équilibrage de la place de l’humain dans le vivant

De l’importance démocratique

Cet idéal passe par une nécessaire révolution démocratique pour que ceux qui subissent les abus des puissants possèdent un moyen d’agir sur leurs conditions et celles des leurs.

Si par exemple, l’entreprise Monsanto peut continuer de nuire à la vie des paysans, des consommateurs et de la biodiversité pour servir le profit économique, c’est parce que l’intérêt de certains privilégiés l’emporte sur une multitude d’individus en dehors des décisions.

Si tout individu avait un poids égal et une connaissance égale parmi toutes les décisions qui les impliquent, alors le monde agirait beaucoup plus en faveur de la qualité de la condition générale de la vie sur terre.

De l’importance écologique

Cet idéal passe par une nécessaire action sur les trois facteurs qu’impliquent l’écologie :

  1. Notre niveau d’efficience écologique
  2. Notre niveau de consommation
  3. Notre niveau démographique

Et il faut agir sur les trois pour permettre à nos enfants et aux enfants de nos enfants la fierté d’offrir une planète et un monde où il fait bon vivre.

Si nous n’arrivons pas à être moins polluants et moins destructeurs, il faudra moins consommer. Si nous n’arrivons pas à moins consommer, il faudra moins se reproduire.

De l’importance de se mettre en mouvement

Comme la modernité et sa double révolution (développement de l’industrie et fin de la royauté) à mis sur le trône l’Economique, la post modernité devra développer la démocratie locale et en finir avec le consumérisme pour destituer le pouvoir économique et faire régner la Qualité du Vivant.

Comme le progrès scientifique a alimenté naguère une double révolution, la transformation numérique devra faire de même et cette fois-ci dans les domaines de la démocratie universelle et de l’écologie globale. Et ceci est vital.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :