Comment mieux s’assumer ?

Pourquoi avons-nous parfois du mal à nous affirmer ?

Peut-être parce qu’en dessous de cela, il y a les questions : Est-ce que nous nous assumons tels que nous sommes ? Sommes-nous OK avec nous-même ? Sommes-nous OK avec les autres ?

S’affirmer sans s’assumer

On sent bien que s’affirmer offre un bénéfice social certain.

Le charisme, la confiance en soi sont les moyens d’obtenir une place de choix dans un groupe. Et la confiance en soi, faisant réussir, nourrit la confiance en soi. C’est un cercle vertueux.

Cependant, lorsque l’affirmation devient risible ou tyrannique, cela à un contre-effet social.

Qu’est-ce qui fait que l’on passe à côté de son affirmation ?

Cela se joue au niveau de son niveau de conscience. Plus j’agis en conscience, c’est à dire de manière adaptée avec mon environnement, plus je serais impactant socialement. Et la conscience n’empêche pas le rire, le fun, le décalé, elle sait lui mettre un cadre et s’adapter à autrui.

Les affirmations négatives sont des affirmations d’un Moi qui s’oppose aux autres. Quand je m’oppose aux autres, je m’oppose à une part de moi-même contre laquelle je me suis construit.

S’opposer aux autres, c’est s’opposer à une part de soi, c’est ne pas assumer une part de sensibilité (dans le cas d’une affirmation tyrannique), c’est ne pas assumer une part de sa puissance (dans le cas d’une affirmation risible ou d’une non-affirmation).

S’assumer sans s’affirmer

Il y a des personnes qui assument l’ensemble de leurs sensibilités, qui sont douées de qualités introspectives. Ce qui les font s’aligner à l’intérieur d’elles-mêmes et ainsi devenir moins crispées envers les comportements des autres (car compris). Elles s’assument telles qu’elles sont (un être humain comme autrui avec ses traits personnels et ses particularités), elles sont intérieurement non-violentes.

Si cela est bon intérieurement, elles passent à côté de leur extériorité et sont ballottées par les événements dont elles ont appris à s’incliner face à eux. Si elles sont fortes du côté sensible, elles passent à côté de leur puissance.

Nous avons tous une puissance tournée vers l’extérieur à assumer. Et tout l’art de l’affirmation de sa volonté de puissance passe par le contre-pouvoir de la conscience.

Tisser sa force d’individuation avec sa capacité de conscience est le chemin de la réalisation de soi. Se réaliser c’est, en quelque sorte, arriver à amener son sensible dans le monde.

S’assumer et s’affirmer

S’assumer positivement, c’est affirmer intérieurement ce qui est bon en soi (partages, plaisirs, réalisations) et délaisser les comportements mauvais en soi (violences, dégoûts, destructions).

S’affirmer positivement, c’est assumer extérieurement ce qui est bon pour la communauté (droits, transmissions, célébrations) et lutter contre ce qui lui nuit (tyrannies, aliénations, désespoirs).

Pour cela, il faut agir tous les jours pour se réaligner intérieurement en se pensant, puis en se vivant comme quelqu’un d’OK, avec autrui pensé et vécu comme fondamentalement OK eux aussi, au delà de ses propres névroses et au delà des névroses d’autrui. Les névroses étant des Moi qui ne s’assument pas totalement (avec leur part de sensibilité et/ou de potentiel).

Aller contre son éducation limitante

De manière pratique, lorsqu’il s’agit de s’affirmer, il y a un courage à lancer. Une peur à transpercer. Et cela se fait dans la réduction intérieure de sa conscience. Ce qui fait le risque du courage. Lorsque je suis dans le courage je perds pieds dans ma conscience, je plonge dans l’inconscience. Cela me fait agir, mais cela me fait agir souvent maladroitement.

Il n’y a pas de courage sans maladresse. Être dans l’adresse, c’est avoir triomphé de son courage, c’est avoir rendu les comportements inconnus voire interdits, intimes et assumés.

La plus grande difficulté pour les introvertis est de dépasser dans leur affirmation la peur de l’interdit. On n’est éduqués dans les regards de l’autorité et nous identifions ce que nous sommes à ces regards. Lorsque l’on est abaissés par l’autorité ou lorsque celle-ci à peur d’autrui, nous devenons des handicapés de l’affirmation personnelle.

Mais cet handicap est guérissable, il s’agit de mettre beaucoup de volonté dans sa rééducation, dans les séquences de notre quotidien ou nous prenons de la place dans la vie d’autrui et ainsi nous prenons de l’importance dans notre propre existence.

Nous avons le droit d’avoir de l’importance, nous avons le droit de gonfler et de muscler notre ego de plus en plus aligné avec autrui, la vie, le monde. Nous avons le droit d’exister, d’agir et de combattre de tout notre être ! Nous Sommes, alors Soyons !

 

6 commentaires sur “Comment mieux s’assumer ?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :