Cerveau archaïque et spiritualité ?

Il y a de la pensée, il y a de l’abstraction, il y a de la création, il y a de l’esprit.

Il y a de la matière, il y a de la chair, il y a de la vie, il y a du besoin, il y a de l’animalité.

L’humain est infiniment plus que de la matière, il pense. Et ce n’est pas rien de penser.

L’humain est infiniment plus que de l’esprit, il vit. Et ce n’est pas rien de vivre.

Être humain, c’est être un mélange fulgurant de matière et d’esprit, d’inconscience et de conscience, de vie biologique et de vie culturelle.

Et tout l’art d’être humain, réside dans la possibilité de vivre et de faire vivre sa matérialité, sa biologie, sa socialité tout autant que la pensée, l’art, la politique, la culture, la spiritualité.

Qu’est-ce que j’entends par spiritualité ?

Le cerveau archaïque produit de la pensée de préoccupation : que manger, que boire, que baiser, que vivre, que faire, que craindre ?

L’effort que produit un être humain quand il se spiritualise (par l’art, par la connaissance, par la méditation) lui permet de faire émerger un nouveau type de pensée. La pensée transcendante.

La spiritualité est selon moi, la capacité que nous avons à nous plonger en nous pour faire advenir une pensée transcendante. C’est à dire une pensée qui se détache du moi pour appréhender la Vie et le Monde avec Esprit.

Là où l’archaïsme empêche la spiritualité d’advenir.

L’humain a besoin d’esprit, il a besoin de connaître et de vivre des expériences transcendantes. Et ceci réclame une acsèce, un effort le plus souvent renouvelé pour permettre à notre cerveau un accès à notre spiritualité.

Spiritualité qui produit, paix intérieure, capacité d’émerveillement et de compréhension. Elle semble se développer à partir de notre capacité de conscience et de compréhension. La pensée spirituelle est un effort de conscience et de compréhension. Sans cela nous replongeons dans l’archaïque.

Là ou la spiritualité empêche la vie d’advenir.

Selon moi la spiritualisation ne doit pas être dressage contre notre animalité foncière. La Psychanalyse nous le démontre. Se dresser contre notre biologie, contre notre animalité, c’est faire germer des névroses qui viendront parasiter notre énergie vitale. Car notre énergie provient des puissances biologiques. Lorsque l’on se dresse contre nos désirs biologiques, on se dresse contre la vie.

Tout l’enjeu d’une spiritualité heureuse et accomplissante semble alors résider en notre capacité à inclure le réel, la biologie, tout ça qui est là dans ce monde là dans notre système de représentation et de création d’espoir et de sens.

6 commentaires sur “Cerveau archaïque et spiritualité ?

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :