De la satisfaction de soi

Nous sommes souvent trop durs envers nous-même et cette sévérité intérieure peut nous empêcher de jouir de ce qu’il y a de bon à vivre dans notre vie…

Être cependant trop « laxiste » envers nous-même peut clairement nous mettre dans une situation où rien n’est vraiment bon à vivre…

Principe de plaisirs et Principe de réalité

Selon notre milieu social et notre éducation nous pencherons plus du côté de la cigale ou du côté de la fourmi.

Les fourmis sont attachées au principe de réalité et à la valeur travail qui lui est nécessairement associée, les cigales à celui du plaisir et la valeur épicurienne qui va bien évidement avec.

Mais on sent bien qu’une vie de fourmi, c’est pas vraiment la joie… Et tout le monde connaît l’histoire de la cigale qui finit par mendier à la porte de la fourmi pour avoir été trop oisive.

En fait, ces deux vies, souvent misent en opposition, ne sont ni l’une ni l’autre souhaitables. La morale de l’histoire aurait plutôt du être : « la fourmi et la cigale décidèrent de s’unir. La fourmi enseigna à la cigale comment subvenir à ses besoins et la cigale appris à la fourmi à jouir de la vie une fois le facteur de nécessité élucidé. »

Mais voilà notre civilisation industrielle à besoin de fourmis et non de cigales, ou en tout cas uniquement de ces cigales dont on tire profit en faisant raquer les fourmis pour un peu de divertissements au milieu d’un vie d' »à faire »…

La réalité que nous nous somme créée c’est le « sur-labeur » et c’est ce principe qui nous malmène et qui nous empêche de nous accorder du temps pour nous même.

Ajouter à cela le principe de séductivité et l’idéal du couple que tout le monde admire et vous attiserez les individualités de manière à ce que la fourmilière deviennent un perpétuel nid à insatisfactions…

« Sois fort, sois beau, fais plaisir, fais effort, dépêche toi !!! » voilà les injonctions qui jaillissent du fin fond tumultueux de cette fourmilière.

Et tout impératif sans objet précis est le berceau de toutes les insatisfactions humaines. Car dans le domaine de l’Être il ne peut y avoir d’injonction: quelle est la limite à être fort, beau, besogneux, rapide ?

Mais au fait, c’est quoi la satisfaction ?

la satisfaction : c’est pouvoir dire « j’aime qu’il en soi ainsi ».

Il y a donc, d’une part une capacité à aimer et d’autre part, une capacité de conscience.

La satisfaction est le fait de pouvoir aimer en conscience.

Mais alors qu’est que l’insatisfaction ?

C’est pouvoir dire « je n’aime pas qu’il en soi ainsi ».

L’insatisfaction c’est le fait de pouvoir juger qu’une situation n’est pas suffisamment bonne.

« Il faut apprendre à se satisfaire du nécessaire » comme le dit la chanson. Car nous avons tous besoins d’amour inconditionnel. Cependant l’esprit et la raison se doivent de trouver des solutions pour que le plaisir de vivre soit amélioré au niveau des conditions extérieures également.

Les troubles de la satisfaction humaine ont deux causes racines qui se rejoignent :

  1. Un niveau d’exigence situé au niveau de l’être et non du « faire »
  2. Une difficulté voire une incapacité à s’aimer

Comment être en paix avec soi-même ?

La satisfaction et l’insatisfaction sont trop souvent des jugements subjectifs, c’est à dire emprunt de sentimentalité. Les sentiments sont mauvais juges car le bon jugement a besoin de conscience. Les émotions sont les indicateurs intérieurs, ils nous faut les écouter, mais quand il s’agit de solutions, il nous faut réfléchir en « Adulte ».

En fait, la perception de la satisfaction et l’insatisfaction ne doivent pas se situer au niveau des sentiments (les racines de l’Être) mais au niveau de la perception rationnelle (les racines de l’esprit).

La perception de ce qui est satisfaisant ou non doit rester dans le champ de la pensée hors émotion (Adulte) pour ne pas venir troubler son être (sensibilité Enfant) de la pureté de son amour inconditionnel pour la vie qui vibre dans le fond de tout humain.

Bien évidement nul ne peut jouir de ce sentiment sans avoir d’abord fait ce qu’il y a à faire pour pouvoir jouir pleinement de son être dans la durée, le plaisir, la paix et la sécurité.

 

5 commentaires sur “De la satisfaction de soi

Ajouter un commentaire

  1. Très bon article une nouvelle fois 🙂 L’Art du juste milieu. Comment composer avec la réalité, tout en réalisant nos désirs profonds ? Comment faire coïncider le plaisir de vivre, l’effort de réalisation, et les contraintes extérieurs ? J’aime beaucoup ce parallèle utilisé de la fourmi et de la cigale pour dépeindre notre société 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :