Quel humanisme pour demain ?

L’excellent Yuval Noah Harari, dans son ouvrage « Homo deus » distingue trois formes d’humanisme :

  • l’humanisme libéral
  • l’humanisme socialiste
  • l’humanisme évolutionniste

Qu’en est-il de ces formes d’humanisme ? Quel sera le futur champ moral pour demain ?

Qu’est que l’humanisme ?

L’humanisme est un mode de croyance qui a pour fondement que le sens de la vie humaine se trouve en elle même sans avoir recours à une explication métaphysique supérieure.

L’humanisme est une « religion » anthropocentrée qui est aux commandes du monde moderne. Cette religion qui s’est vu naître dans les cendres des religions théocentrées a connu plusieurs courants depuis son apparition au début de la modernité (XVème siècle) :

  • le libéralisme plutôt supporté par les populations et civilisations privilégiées en désir de plus de liberté à l’égard de ceux qui innovent et produisent pour l’amélioration de la qualité de vie humaine sur Terre.
  • le socialisme plutôt supporté par les populations défavorisées en désir de plus de bienveillance et de fraternité à l’égard de tous les humains.
  • l’évolutionnisme plutôt supporté par les populations élitaires en désir de reconnaissance qu’il y a bien une hiérarchie de valeurs dans le monde et que les individus qui ne font pas partie des valeurs supérieures ne doivent pas être considérées voire tolérées.

En fait, comme tous courants religieux, c’est le simplisme voire l’absurdité d’un cadre morale admis qui vont faire développer par contre-réaction un courant d’opposition.

C’est l’absurdité du concept libéral « la liberté individuelle est la seule manière pour vivre dans le meilleur des mondes » qui a fait se lever le socialisme qui a lui même péché par simplisme « Partager est la seule manière pour vivre dans le meilleur des mondes » qui a lui-même nourri l’opposition évolutionniste : « Dominer est la seule manière pour vivre dans le meilleur des mondes ».

Bien évidement, les trois ont à la fois tort et raison.

Et l’humanisme le plus juste et le plus pertinent doit certainement se trouver dans la synthèse de ses trois courants. Cela donnerait :

« Pour vivre dans le meilleur des mondes, il s’agit de :

  • donner les moyens à ceux qui souhaite l’améliorer
  • développer des sociétés justes et bienveillantes
  • reconnaître que certaines choses sont meilleures que d’autres et qu’il s’agit d’en prendre soin, de les défendre et de les protéger

De la nécessité de sortir de l’anthropocentrisme

Dans cette fin de période de Modernité marquée par des enjeux sociaux et écologiques qui mettent en péril la santé du Vivant, continuer à penser que ce qui est bon pour soi est bon en soi, c’est continuer à nous mener vers le mal-être et la mort. Car sans considérer les autres vivants et la place relative de l’humain dans le monde et l’univers c’est commettre un « péché » d’illusion et d’orgueil qui nous conduit tous vers de plus sombres lendemains.

Nous n’avons pas besoin de tout ce que nous désirons parce que d’une part cela ne nous rend pas vraiment heureux et que d’autres part nous n’en avons tout simplement pas les moyens. En tous cas, pas pour le moment, car nos moyens sont encore trop polluants pour la planète, pour la vie sociale, pour l’amour et le plaisir de vivre ensemble, longtemps et intensément.

 

5 commentaires sur “Quel humanisme pour demain ?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :