Qu’est-ce que l’âme ?

Nous donnons habituellement à ce mot une connotation spirituelle et mystique : « l’âme est ce qui perdure de nous après la mort ». Pourtant même si je ne peux me prononcer sur un au-delà de la vie personnelle, il est difficile pour moi d’exprimer mon « existentialité » sans avoir recours à ce terme.

Au delà de son utilisation religieuse, l’âme recouvre plusieurs aspects :

  • Notre sentiment de particularité intérieure
  • Le sens de ce qui nous anime
  • Le mystère de l’inexistence et notre désir d’éternité

Quel est ce sentiment de particularité intérieure ?

Il apparaît avec la notion de « moi » en psychologie. Ce « moi » mis en perspective par la conscience de soi nous donne un sentiment de spécificité propre.

Cette spécificité propre se développe au travers de :

  • notre corps : avec ses particularités liées aux aléas du brassage génétique
  • notre milieu : L’environnement dans lequel nous évoluons et en l’occurrence notre milieu social
  • notre vécu : nos expériences personnelles qui engendrent nos souvenirs au travers de notre mémoire
  • notre conscience : l’évaluation de l’environnement dans lequel nous évoluons et le rôle vers lequel nous nous projetons.
  • notre connaissance : la représentation que nous nous faisons de nous-même et du monde

Quel est le sens de ce qui nous anime ?

Pour la psychanalyse et en particulier dans la vision de Carl Gustav Jung, je pourrais dire que notre âme est ce qui anime notre inconscient. Notre inconscient est par définition ce qui se passe en nous et agit sur nous sans que nous en ayons conscience.

Notre inconscient tend notre être à combler des besoins de toutes sortes dont notre conscient ne sait pas en premier abord comment faire pour les satisfaire.

A travers la compréhension, nous levons le voile sur le côté obscur de nos besoins, qu’ils soient physiologiques (désir de vivre), psychologiques (désir des autres) ou spirituel (désir du monde). Et cela entraîne une forme de compréhension des limites de nos possibles individuels et de notre impact réel sur le monde.

Apprendre à se connaître, c’est quelque part apprendre à mieux épouser son âme et devenir de plus en plus intime avec le sens de nos actions.

Pourquoi ce désir d’éternité ?

Derrière la notion de particularité apparaît la notion d’éternité.

Le sentiment de particularité et l’instinct de survie engendrent l’attachement au « moi ». Cet attachement au « moi » nous permet dans le monde réel de nourrir notre besoin d’exister et d’élaborer des stratégies pour parvenir à s’individualiser. Ce désir brut d’exister en tant qu’individu nous pousse à vouloir continuer à exister après notre propre mort. Il nous faut laisser une trace dans le monde.

Pour cela nous trouvons dans le domaine du réel les stratégies suivantes:

  • Faire des enfants
  • Réaliser des œuvres
  • Jouer un rôle dans l’histoire de sa famille voire du monde

Nous trouvons également dans le domaine de l’imaginaire la stratégie suivante : croire en un monde et une existence après la mort.

Tout cela vise à trouver une paix avec soi-même en regard de notre propre fin. Et par nature, nous ne voulons pas finir, car la Nature, le cosmos sont toujours continuant : il porte ce désir de puissance et d’éternité en leur âme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :